Baara

Il n'y a pas de "sous" métier."Tout métier est égal à l'autre."
 À travers ce spectacle, Issa Sanou, qui est un danseur qui s'est "fabriqué" seul, tout seul, choisit de vous emmener dans un voyage : celui de son monde, le monde des cent métiers.

 

On dit qu'un homme à cent métiers est un homme sans métier.
Issa a pris pour son solo un chemin pour le moins surprenant, celui du contre-pied car, pour lui qui a eu tant de métiers (danseur, acrobate, poète...) c'est tout le contraire.

 

C'est probablement par la danse qu'Issa se révèle le mieux et c'est donc par ce médium-là essentiellement qu'il a choisi de s'exprimer avec pour principal partenaire son imaginaire.
 
C'est ainsi qu'il a choisi de se mettre en scène à l'appui de décors, d'accessoires, de texte, et de musiques tous au service du sens: faire entendre aux oreilles du monde que la danse est aussi un métier.
 
En effet au Burkina Faso comme partout en Afrique, la danse est présente partout, tout au long de la vie comme une évidence. Il est beaucoup moins évident par contre de vivre de cet art.
 
Cette question se pause de manière d'autant plus pertinente quand, comme Issa,  on choisit l'espace de représentation qu'est la scène pour s'exprimer ou autrement dit quand on choisit "la danse et de la mettre en scène" comme métier.
La parole d'auteur qui y est donnée est riche mais aussi paradoxalement lourde, voire contrainte par le poids des traditions, ou par ce que l'on pourrait appeler aujourd'hui plus péjorativement le regard des autres et les clichés.

La Note d’intention :

            Pour être plus précis, Issa ici lance un cri de révolte à la mesure du peu de considération dont son métier fait l'objet dans son pays. À cet égard "Nous vivons dans un monde ignorant, souvent critique, le plus souvent qui ne cherche pas à connaître…" dit-il.
 
 Issa cherche avant tout à mettre en avant la notion de travail en tant que valeur. Dans son pays, celle-ci devient quasiment inexistante quand il s'agit d'un art comme celui de la danse, plus encore quand il s'agit de se présenter en scène ou mieux encore de représenter la danse sur une scène.
 
Dans un pays comme celui d’Issa la danse n'est donc pas considérée comme un métier pour la majorité de la population. Et c'est justement à cet endroit que se trouve les origines de ce cri lancé par Issa dans le but de donner à son métier d'artiste, auteur, danseur une réelle considération, la place qu'elle mérite tout simplement.

 

gallery/dsc_5882